Les rendez-vous de l'ICKL

Les listes de l'ICKL

Nouveautés - Cliquez ici pour vous enregistrer sur la liste des nouveautes du site et d'autres activites de l'ICKL

ForumPaysan - Cliquez ici pour vous enregistrer sur la liste du forum afin de recevoir les documents appropriés


 

L'immersion : une démarche de travail bien installée à l'ICKL
Posté le lundi 8 juillet 2013 par icklhaiti

Par Joseph Girardin NUMA,

Responsable de Prgramme

Formation et Renforcement des structures organisationnelles

Introduction

Depuis quelques années, la pratique de l'immersion s'est installée comme notre nouvelle démarche de travail à l'Institut Culturel Karl Lévêque (ICKL). Cette expérience qui a été initiée avec la Fédération des Groupements de Paysans de Belle-Fontaine (FGPB) au cours de l'année 2005, a été au début, une méthode de travail, qui n'englobait pas la totalité de nos activités. Mais au fil du temps, elle s'est instituée comme démarche globale de travail qui embrasse la quasi-totalité des activités de l'ICKL.

Pour soumettre cette démarche à l'œil philosophique des lecteurs/trices, nous nous proposons de :

-   Préciser le contenu de l'immersion dans la démarche de l'ICKL ;

-   Faire un coup d'œil sur l'importance de l'immersion dans la méthodologie de l'éducation populaire ;
-   Présenter l'expérience de l'ICKL ;

-   Produire au moment de conclure quelques commentaires critiques sur cette expérience.

Quelle est le sens de l'immersion dans la démarche de travail de l'ICKL ?

L'immersion est une démarche à travers laquelle, un acteur/trice (individuel ou collectif) se plonge dans une réalité pour mieux l'appréhender. Certains acteurs/trices peuvent aller plus loin, en cherchant non seulement à comprendre cette réalité, mais aussi, à agir sur elle, en vue de la transformer. D'autres acteurs peuvent cependant s'absorber dans une réalité, pour mieux la dominer. Certains pays du centre capitaliste, en ont l'habitude en vue d'asseoir leur domination sur ceux de la périphérie. Au moment fort de la colonisation, les puissances occidentales utilisaient incessamment cette démarche. Aujourd'hui encore, elles en font une puissante arme, dans les territoires occupés, avant et pendant l'occupation. L'immersion permet aux acteurs qui en font l'usage, de pénétrer la vie d'une communauté dans tous ses aspects.

Les acteurs populaires et c'est le cas de l'ICKL, utilisent l'immersion pour mieux comprendre la réalité des masses opprimées en vue de les conscientiser. C'est dans cette optique que Mao Tse Toung a compris le devoir des révolutionnaires. Ceux-ci ont le devoir d'embrasser la réalité des masses, à l'instar des poissons dans l'eau. Dans cette perspective, l'immersion n'est pas un outil de domination, mais plutôt, un outil de libération. Elle permet dans ce cas, d'observer, d'accompagner des acteurs, des communautés, dans le procès de transformation de leur réalité. Ainsi, l'acteur impliqué dans le processus, n'est pas un simple observateur qui se limite à comprendre une réalité. Il apprend, il comprend et il partage ses connaissances avec les autres acteurs impliqués dans le procès d'apprentissage et de transformation. Dans sa 3e thèse sur Feuerbach, Karl Marx disait : « L'éducateur a lui-même besoin d'être éduqué ». La pratique de l'immersion, pas dans le sens classique du terme, mais, telle qu'elle est présentée ici, permet à l'éducateur d'éduquer les masses et de se mettre du même coup, à leur école. L'importance de l'immersion dans la méthodologie de l'éducation populaire.

L'un des éléments centraux de l'éducation populaire, est la participation active et totale des personnes concernées, dans la transformation de leur réalité. Cette approche exige que les gens soient non seulement considérés comme des sujets/acteurs, mais aussi qu'ils aient une connaissance approfondie de la réalité qu'ils veulent transformer. Dans cette lignée, l'immersion peut jouer un rôle capital. Elle offre la possibilité d'avoir une connaissance approfondie de la réalité à changer, à transformer. Dans notre cas, elle nous permet :

-  De plonger dans la réalité des organisations partenaires, de leurs membres et de leur communauté ;

-  De discuter avec nos partenaires, sur les problèmes auxquels ils sont confrontés et de partir ensemble à la recherche de solution ;

-  D'établir avec les acteurs, un plan de travail, visant à faire face aux problèmes confrontés par leur communauté ;

-  D'établir une relation de confiance entre l'Institut et les partenaires de terrain et de faciliter également un rapprochement entre les acteurs participants au processus ;

-  D'accompagner les gens dans les bons comme dans les moments difficiles ;

-  De contribuer à la formation des membres des organisations partenaires et de participer aux mobilisations entreprises, dans le cadre de la défense de leur droit.

Coup d'œil sur l'expérience de l'immersion à l'ICKL

Pour mieux soumettre cette expérience à l'attention du public, nous la subdivisons en quatre moments importants :

1. Le premier moment a été initié avec FGPB, au cours de l'année 2005. Nous étions à ce moment là, à une expérience pilote. C'était donc, un moment de tâtonnement.

2. Le deuxième moment a débuté au cours de l'année 2006-2007 pour prendre fin en 2009. Durant cette période, l'expérience s'est étendue à toutes les organisations partenaires de l'ICKL.

Au cours de ces deux moments, l'équipe de l'ICKL faisait deux à trois immersions par an dans chaque organisation partenaire. Il faut noter que chaque immersion s'étalait généralement, sur une durée d'une semaine. La pratique de l'immersion nous a permis :

-  De nous asseoir avec les dirigeants des organisations partenaires pour planifier collectivement les activités à réaliser au cours de l'immersion. Mais il faut noter que nos actions au cours d'une immersion ne se limitent pas, aux activités prévues et planifiées ;

-  De rencontrer les groupements de base autour de leur fonctionnement et sur les problèmes auxquels ils sont confrontés ;

-  De chercher avec la participation active des membres des solutions appropriées aux problèmes exprimés ;

-  De faire des observations dans les communautés ;

-  De visiter certains membres des organisations directement chez eux, ou dans leurs lieux de travail ;

-  De participer aux activités que réalisent nos partenaires ou d'autres acteurs de la communauté ;

-  De réaliser des séances de formation au profit des dirigeants et des membres des groupements ;

-  D'accompagner les organisations partenaires, dans la mise en place d'activités économiques, dans le cadre de la vision de l'économie solidaire ;

-  D'évaluer avec les membres des organisations partenaires, les différentes activités réalisées au cours de l'immersion et de planifier la prochaine intervention.

3. Le 3ème moment de l'expérience a couvert la période 2010-2012. Il a pris fin avec la programmation quinquennale 2008-2012. A partir de cette période là, la pratique de l'immersion est devenue une démarche générale de travail. A l'exception de certaines activités telles que l'université populaire, les séances de formation spéciale et les activités de suivi liées à l'économie solidaire, la quasi-totalité des activités passe à travers cette démarche. Par conséquent, tous les programmes de l'Institut s'y sont embarqués.

4. Le dernier moment de l'expérience commence cette année, avec la nouvelle programmation quinquennale de l'ICKL (2013-2017). Dans les années antérieures, l'ICKL développait ses activités dans le cadre de son axe central qu'il identifiait sous l'étiquette de renforcement organisationnel. Ensuite, une évolution importante s'est produite, dans son travail. On est passé de la logique de renforcement organisationnel à celle de renforcement communautaire. C'est-a-dire, au lieu de renforcer une organisation dans une communauté, on essaie de consolider la communauté elle-même. Ce travail de renforcement communautaire s'effectue en commun accord avec des acteurs identifiés par nos partenaires traditionnels. Le renforcement des communautés ne remplace pas le renforcement organisationnel. On développe plutôt une approche globale qui intègre les différents acteurs des communautés, notamment les organisations paysannes. L'approche situe donc le renforcement organisationnel dans un cadre territorial où se développent les rapports sociaux, politiques et économiques. Cela veut dire que, le renforcement communautaire ne renvoie pas le renforcement organisationnel aux oubliettes de l'histoire. Il faut comprendre plutôt que celui-ci est un élément central de la nouvelle approche qui nous permet de créer une synergie entre des acteurs d'une même communauté.

Dans les expériences précédentes, on faisait 2 à 3 immersions par an dans chaque organisation partenaire. Maintenant, on a une immersion d'une durée de 10 jours par mois dans chaque communauté. C'est-a-dire, les animateurs-trices de l'ICKL sont beaucoup plus présent-e-s sur le terrain aux côtés des acteurs-trices impliqué-e-s dans la démarche. Avec les acteurs-trices de la communauté, les animateurs-trices de l'ICKL réalisent, au cours du premier semestre de l'année 2013, un diagnostic communautaire qui débouchera sur l'élaboration d'un plan d'action qui constituera le cadre de partenariat avec les organisations.

Commentaires et conclusion

Tenant compte de l'évolution de la pratique d'immersion à l'ICKL, initiée en 2005 et instituée en 2010, on pourrait être amené à croire que cette méthode de travail se déploie sans difficultés. Comme toute chose dans la vie, elle a aussi ses limites qui viennent se greffer sur les limites institutionnelles. La première difficulté qu'il faut affronter sur le terrain, c'est la problématique du temps de travail. L'Animateur-trice doit pouvoir harmoniser son temps de travail avec celui des paysan-ne-s. Il doit être très flexible. Certains membres de la communauté sacrifient parfois leurs activités personnelles pour se préoccuper de la présence de l'animateur qui se trouve sur le terrain.

De plus, en dépit de l'intensification des activités d'immersion, les animateurs-trices n'arrivent pas à couvrir tous les aspects de la vie d'une communauté. Ce qui explique qu'à chaque fois, on doit mettre l'accent sur un aspect particulier de la réalité dans laquelle on submerge, d'autant que d'une immersion à une autre, certains aspects de cette réalité peuvent se dégrader ou évoluer positivement.

icklhaiti [ICKL HAITI]



 

ICKL / Adresse : 22, rue Dadjuna, Delmas 75 - HT 6120, Delmas, HAÏTI
Tel : (509) 2816 7249 - E-mail : ickl @icklhaiti.org - URL :
www.icklhaiti.org
Tous droits réservés | © ICKL 2005
Site concu et réalisé par
Gotson Pierre du Groupe Medialternatif
Utilisation de SPIP, logiciel libre distribué sous license GPL