Les rendez-vous de l'ICKL

Les listes de l'ICKL

Nouveautés - Cliquez ici pour vous enregistrer sur la liste des nouveautes du site et d'autres activites de l'ICKL

ForumPaysan - Cliquez ici pour vous enregistrer sur la liste du forum afin de recevoir les documents appropriés


 

Pa bliye 29 novanm 1987 !
Les élections de novembre 1987 ou la chronique d'un massacre annoncé
Posté le mardi 29 novembre 2005 par icklhaiti

Le dimanche 29 novembre 1987 des paramilitaires néo-duvaliéristes, avec la complicité active des Forces Armées d'Haïti, ont saboté le premier scrutin de l'après-Duvalier. Scrutin qui devrait permettre au pays de choisir démocratiquement ses dirigeants. Le carnage au bureau de vote de la ruelle Vaillant (Ecole Argentine Bellegarde) où une vingtaine d'électeurs furent assassinés est tristement emblématique de cette journée de terreur à Port-au-Prince. Les autres départements, surtout l'Artibonite, furent également touchés par cette vague de terreur.

Si on s'en tient exclusivement à cette journée on pourrait croire que la tuerie du 29 novembre 1987 fut un coup de tonnerre dans un ciel serein. Il n'en fut nullement ainsi ! On peut même parler de chronique d'un massacre annoncé à la lumière du contexte général du pays du 26 avril 1986 à cette date tragique, ou pour serrer de plus près le contexte du 22 juin 1987 au 29 novembre. Le Conseil National de Gouvernement, présidé par le Général Henri Namphy, avait bien montré par diverses mesures qu'il était contre le processus électoral dont le contrôle échappait à l'Armée. En effet, passant outre de la Constitution de 1987, il publia le 22 juin 1987 son propre décret électoral. En réponse à l'option néo-duvaliériste du CNG l'opération Rache Manyòk, campagne d'intenses mobilisations populaires pour exiger le départ du gouvernement fut lancée.

Incapable d'en venir à bout du pouvoir militaire, pour diverses raisons qu'on ne se propose pas d'analyser ici, la mobilisation populaire s'est essoufflée dès la fin du mois de juillet 1987. Entre-temps il y a eu le massacre des paysans des Gwoupman Tèt Ansanm. Le secteur dit démocratique dominé par les partis du centre gauche décida alors de se lancer dans les élections en avançant que le peuple pourra obtenir par voie des urnes ce qu'il n'a pu obtenir dans la rue. Et ce sera Rache manyòk nan eleksyon. Mais certaines organisations populaires plus avancées s'étaient prononcées contre, arguant qu'il ne saurait y avoir d'élections dignes de ce nom avec le CNG, sans désarmement et jugement des duvaliéristes.

Une chronologie des événements d'octobre à novembre 1987 peut aider à comprendre le contexte dans lequel s'étaient déroulées ces élections : 8 octobre 1987 : lancement officiel de la campagne électorale par le CEP.

Date Evénements
13 octobre 1987assassinat de Me Yves Volel dans la cour du Quartier Général de la Police de Port-au-Prince
2 novembre 1987 rejet de 12 candidatures à la présidence sur 35 (dont celles de Clovis Désinor, de Claude Raymond, d'Alphonse Lahens, d'Edouard Francisque…) en application de l'article 291 de la Constitution de 1987. Les candidats rejetés pour fait « d'excès de zèle » sous le régime macoute protestent et menacent de saboter les élections
3 novembre 1987 incendie du magasin d'Emmanuel Ambroise (Continental Trading) membre du CEP. Incendie partiel du local du CEP dans la nuit du 2 au 3
4 novembre 1987 incendie de l'imprimerie "Le Natal" chargée de l'impression des bulletins électoraux
5 novembre 1987 incendie du véhicule du BED des Gonaïves
10 novembre 1987 meurtre d'un agent de sécurité du BED de l'Ouest par un militaire
Nuit 22 - 23 novembre 1987 incendie du marché Salomon à Port-au-Prince
Nuit 23 - 24 novembre 1987 attaque du BEC de Petite Rivière de l'Artibonite et tentative d'incendie. Tentative d'incendie du BEC de la Chapelle
25 novembre 1987 communiqué du ministre de l'Intérieur, Williams Régala, interdisant les brigades de vigilance, groupe d'autodéfense populaire
28 novembre 1987 érection de barrage routier à l'entrée de St Marc pour empêcher le transport des bulletins vers les départements de l'Artibonite, du Nord, du Nord-ouest, et du Nord-est. Un camion transportant des bulletins est incendié à ce point de barrage. Le même jour, le CNG refuse d'autoriser de vol des hélicoptères devant transporter le matériel électoral

L'interprétation de cette journée sanglante proposée dans l'ouvrage de Daniel ROUSSIÈRE, Jenane ROCHER et Gilles DANROC (Les "élections" du 29 novembre 1987. La démocratie ou la mort ?) a encore toute son actualité :

« Ainsi pour le massacre stratégique du 29 novembre 1987, l'opposition fondamentale se manifeste en pleine lumière :

 Soit le pouvoir vient des armes, et un petit groupe en bénéficie.

 Soit le pouvoir appartient d'une manière ou d'une autre à un petit groupe bénéficiant des services de l'Etat et de l'impunité, au prix de massacres, s'il le faut.

 Soit le pouvoir vient du peuple, et l'on respecte l'expression de cette souveraineté populaire. Alors la tenue d'élections libres, honnêtes et participatives est absolument nécessaire à la démocratie ».(p. 6)

Ainsi posée, il y a une continuité logique entre le 29 novembre 1987 et le 30 septembre 1991. Dans le premier cas, il fallait empêcher la tenue des élections dont les résultats auraient reflété le vote populaire ; et, dans le second, mettre un terme à un pouvoir massivement désigné, lors des élections du 16 décembre 1990, par le vote populaire. Au-delà des clapotis événementiels, l'histoire de la transition post-duvaliériste a une constante significative : le refus par tous les moyens du choix des masses.

Prise de position de la Coordination des Comités de Quartiers sur les élections

Dimanch 18 oktòb 1987. Dechoukay la poko fini.

Devan zak briganday, zak babari, sanginè, zak kriminèl gouvènman militè meriken makout la ap fè sou popilasyon sivil peyi Dayiti ; devan enkapasite gouvènman militè meriken makout pou bay popilasyon peyi Dayiti sekirite, n ap mande èske gen eleksyon serye ki ka fèt nan peyi a ? Devan reyalite kote nou wè makout fin pran peyi a, makout tankou : Clovis Désinor, Marc Bazin, Claude Raymond, Hubert de Ronceray, Franck Romain ak yon latriye kandida makout ap deklare popilasyon an lagè ; devan manti tonton makout ap bay pèp la, tankou Frank Romain ki di se komite katye ki mande l pou l poze kandidati li, n ap mande ki eleksyon serye ki ka fèt nan peyi a ? (…) Devan endepandans KEP la pa genyen pa rapò ak lame e fòs KEP la pa genyen pou l bay popilasyon an sekirite ; (…) n ap mande ki eleksyon serye ki ka fèt nan peyi a ?

(…)

Devan tout bagay sa yo nou deklare ankenn eleksyon serye pa posib. Pèp òganize se pèp vanyan Ann òganize n pou dirije tèt nou…

KODENA (Komite Defans Enterè Nasyonal)

FTA (Federasyon Tèt Ansanm 5e avni)

FEDKKA (Federasyon Komite Katye ak Asosyasyon)

KASS (Kòdinasyon Asosyasyon Site Solèy)

(Haïti Progrès, du 21 au 27 octobre 1987, vol. 5, n 29)

Cette position fut réaffirmée dans une note en date du 4 novembre 1987.

icklhaiti [ICKL HAITI]



 

ICKL / Adresse : 22, rue Dadjuna, Delmas 75 - HT 6120, Delmas, HAÏTI
Tel : (509) 2816 7249 - E-mail : ickl @icklhaiti.org - URL :
www.icklhaiti.org
Tous droits réservés | © ICKL 2005
Site concu et réalisé par
Gotson Pierre du Groupe Medialternatif
Utilisation de SPIP, logiciel libre distribué sous license GPL